EncyclopédieFilm : Las Vegas parano

Azarius

  • $

$ 0, -

0,00 $US

Film : Las Vegas parano - Encyclopédie

Voir menu Masquer menu

Film : Las Vegas parano

0 Commentaires

Fear and Loathing in Las Vegas film poster

Las Vegas parano : critique du rêve américain

Las Vegas parano (titre original Fear and Loathing in Las Vegas) est un film de 1998 dans lequel on suit le road trip psychédélique de deux hommes à Las Vegas. C'est l'adaptation du livre du même nom écrit par Hunter S. Thompson. Les protagonistes sont le journaliste Raoul Duke (Johnny Depp) et son avocat Dr. Gonzo (Benicio del Toro). Le film a été réalisé par Terry Gilliam.

La jaquette du DVD l'annonce " vous allez l'adorer ou le détester ". Ce sont exactement les réactions que ce film provoque. Certains trouvent que c'est un film répugnant ; d'autres considèrent que c'est l'un des meilleurs films qu'ils aient jamais vus. Trouver un groupe au juste milieu est impossible. Nous expliquerons dans cet article cet écart distinct.

Le début du film

Las Vegas Parano commence avec les images d'une manifestation contre la guerre du Vietnam. Arrivent Duke et Gonzo à l'écran. Ils roulent à travers le désert dans uné décapotable rouge. La première phrase de Duke est : " Nous étions quelque part autour de Barstow à l'entrée du désert quand la drogue a commencé à marcher. " On voit ensuite son hallucination : une grande nuée de chauve-souris tombant sur lui. Duke donne des coups à ses visuels avec une tapette à mouche. Le spectateur est directement plongé dans la folie.

Ils prennent ensuite un auto-stoppeur. Comme beaucoup de choses dans ce film, la manière dont il surgit du désert n'est pas claire du tout. Auto-stoppeur s'installe sur la banquette arrière. Duke s'assoie à côté du jeune homme et lui raconte ce qui s'est passé. Le spectateur est témoin de son flashback. Ils sont apparemment en voyage pour Las Vegas pour couvrir la course Mint 400 motor race. Duke est journaliste et Gonzo son avocat. L'accompagnement de son avocat dans ce contexte n'est pas logique du tout, mais qu'est-ce qui l'est vraiment, selon ces circonstances ?

L'avance touchée par Duke pour l'écriture de cet article a été dépensée pour amasser une grande collection de narcotiques. Les drogues sont dans sa mallette, dans le coffre. Le contenu est décrit par Duke avec beaucoup de détails.

Gonzo and Duke on the road

Ils roulent donc à travers le désert, trippant lourdement, avec l’auto-stoppeur sur le siège arrière qui ne se doute de rien. Il est cependant vite informé de ce qui se passe car Duke lui dit tout ce qui lui passe par la tête. Il a entre-temps passé un bras autour du garçon. Le regard de l’auto-stoppeur est hilarant, car on le voit devenir de plus en plus anxieux, souffrant en silence.

Puis Gonzo a une attaque au volant. Il commence à trembler violemment, donnant des coups avec ses bras et ses jambes tout en réclamant son calmant. La voiture s'arrête dans un crissement de pneus. Duke saute sur le siège passager et donne à Gonzo quelque chose à sniffer. C'est la chance de s’échapper pour l’auto-stoppeur. Il saute du cabriolet et se met à courir vers le désert. Les deux hommes sont abasourdis en premier lieu, puis ils démarrent rapidement, de peur que l’auto-stoppeur ne leur envoie la police.

La folie de cette première scène continue tout au long du film. Chaque jour qu'il passe à Las Vegas, le duo utilise une quantité impressionnante de narcotiques. Parfois l'un d'entre-eux va trop loin quand le deuxième arrive à éviter le dérapage de justesse. Les rôles sont ensuite échangés. Et ceci arrive à plusieurs reprises. Les deux hommes suivent le chemin de la destruction et brisent presque toutes les règles imaginables. Gonzo drogue même un mineur avec qui il a peut-être eu une relation sexuelle.

Vous êtes curieux de savoir comment çà finit ? Alors vous devriez voir le film. Il est disponible sur des chaînes comme Netflix.

Les drogues consommées dans Las Vegas Parano

Un certain nombre de drogues plus ou moins connues font leur apparence dans le film. Les substances concernées sont : cocaïne, mescaline, LSD, cannabis et héroïne. En addition, Duke et Gonzo transportent une collection complète de médicaments dynamisants et calmants.

Deux autres substances sont nommées. La première est l'éther. Tout comme le GHB et la kétamine, l'éther était utilisé comme anesthésiant. Il n'est pas très bien connu en tant que substance récréative. C'est sans doute parce son effet est similaire à celui de l'alcool. L'alcool peut s'obtenir facilement, et ainsi la demande pour l’éther est très basse. De plus, on ne boit pas l’éther, on l'inhale en mettant son nez contre un tissu imbibé. Bien sûr, ce n'est pas aussi social qu'une verre de vin, en particulier parce que vous allez puer l’éther en suivant.

Gonzo propose également de l'adrénochrome à Duke. C'est une substance produite par le corps et qui peut provoquer la schizophrénie à fort dosage. L'adrénochrome est produit par le corps humain quand l'adrénaline s'oxyde. Les scientifiques pensent que de grosses doses de vitamine C peuvent parfois guérir la schizophrénie. La vitamine C est un antioxydant qui devrait en effet être capable de réduire l'oxydation de l'adrénaline. Cependant, aucune étude approfondie n'a été menée à ce sujet. D'après Aldous Huxley, les effets de l'adrénochrome sont comparables à ceux de la mescaline. Dans une de ses interview,le réalisateur Gilliam a confié qu'il ne savait pas que l'adrénochrome était une vraie substance. Il pensait que c'était une drogue fictionnelle.

Fear and Loathing in Las Vegas hotel room

Deuxième niveau de lecture de Las Vegas Parano

Beaucoup de gens pensent que Las Vegas Parano est seulement une pure folie, mais Thompson avait, en réalité, un fort message en tête. Il exprime entre autre dans son livre sa déception concernant la période Flower Power. Au début des années 70, il semblait vraiment que les choses allaient changer, mais selon Thompson, le mouvement Flower Power est devenu trop courant. De plus en plus de personnes qui ne pensaient pas cela par eux-mêmes ont rejoint le mouvement. En conséquence, les idéaux d'une vie libre ont été remplacés par un besoin de sécurité.

D'après Thompson, Las Vegas a formé le centre nerveux du rêve américain. Tout était faux là-bas. C'est pour cette raison que le livre se passe en ville. Il se moquait ainsi de la vie bourgeoise. Thompson a voulu d'une manière humoristique rendre clair le fait que le matérialisme détériore la société. Tout le monde cependant n'a pas compris ou apprécié ce message.

On l'aime ou on le déteste

Les gens qui ne sont pas trop dans les drogues dans leur vie ordinaire ne se sont probablement pas reconnus dans les scènes de Las Vegas Parano. Mais ceux d'entre-nous qui ont parfois fait quelques excès comprendront peut-être mieux le message de Thompson. Avec le terme excès, certains penseront sans doute à une nuit de folie ou à une retour à la maison à 6 heures du matin. Nous faisons plutôt référence à trois jours d'affilée sous l'influence d'un cocktail corsé à base de psychédéliques et de narcotiques puissants. Évidemment cela n'est pas sans risque, mais certains le font. Certains pour échapper à la routine du quotidien, d'autres pour se rebeller.

L'utilisation de narcotiques à des endroits où l'on ne devrait pas tripper est devenu un vrai moyen d'affirmation pour certains. En particulier si vous tombez nez-à-nez avez la police, ce qui peut être une provocation. A un moment, Duke entre dans un hôtel qui accueille une conférence de policiers. Il débarque ainsi et se trouve face à une centaine de policiers, avec sa mallette à la main. Cette même mallette remplie de son énorme collection de drogues illégales. Pour certains, c'est l'affirmation suprême.

Un groupe de personnes partage ce sentiment rebelle avec Thompson. Ils savent apprécier Las Vegas Parano, sans être pour autant de gros consommateurs comme Duke et Gonzo. Vous serez très certainement un peu cynique face à la société si vous comprenez le message sous-jacent de ce film.

Commentaires

Las Vegas parano a reçu quelques commentaires à l'époque. Ceux qui ont aimé le film n'ont probablement pas voulu être trop ouverts à ce sujet. Ils prendraient le risque de passer pour des défenseurs des drogues. Ce film a presque été ignoré aux U.S.A., sans doute pour cette raison. La guerre des drogues, après tout, est plus intense là-bas. Les critiques du Times et de Newsweek n'ont même pas fait le commentaire de ce film. Dans un sens, cela rend le film encore plus intéressant.

Paroxysme de la folie

Le paroxysme de cette folie est atteint dans le film lorsque Duke et Gonzo arrivent à une conférence anti-narcotiques. Fortement touchés par la drogue, ils prennent place avec le reste du public, sans oublier de prendre un sniff. Une fois de plus, c'est un exemple type d’attitude contradictoire. Pendant que les deux hommes consomment, l'orateur prêche contre les démons du cannabis. L'homme sur le podium fume une cigarette. Avec cette image, Gilliam montre les contradictions de la politique américaine sur les drogues : le cannabis est illégal, mais le tabac peut être vendu en abondance. Alors qu'il est évident que le tabac tue beaucoup plus de monde que le cannabis.

Reconnaissance

A son arrivée à Las Vegas, Duke fait un bad trip où ils voit tous les gens transformés en monstres. Certains détestent cette scène car elle est clairement fausse. Mais pourtant, cette scène recèle pas mal de moments reconnus par ceux qui ont l'habitude de tripper.

La reconnaissance se fait aussi avec les autres visuels, comme le tapis dont les couleurs fondent entre-elles ou les visages qui se transforment soudain. La manière " mannequin de bois " avec laquelle marche Duke est très reconnaissable. Sa posture, sa manière de parler et sa façon de regarder sont très imaginatifs. Johnny Depp en particulier est très convaincant comme personne sous influence du LSD. Ses sentiments de paranoïa persistent pendant pratiquement tout le film, ce qui est logique, vu qu'ils ne cessent d'enfreindre la loi. En voyant Johnny Depp jouer ainsi, on se demande si lui-même n'était pas en train de tripper pendant la réalisation du film. Ou sinon il a dû vraiment étudier très minutieusement les gens qui trippent.

Fear and Loathing in Las Vegas book cover

Le film et le livre

Au cours du film, on entend en permanence le voix de Jonnhy Depp en off. Il cite littéralement certains passages du livre. C'est plutôt particulier, car utiliser ainsi les citations d'un livre de manière aussi extensive est plutôt rare. D'après Gilliam, les textes de Thompson étaient trop bons pour être remplacés. Grâce à cette décision, le film reste très proche de l'histoire originale du livre.

Duke est Thompson

En réalité Thompson est le protagoniste Duke. Duke est ainsi un pseudonyme. Ça devient très clair dans le livre lorsque Gonzo envoie un télégramme à Duke en utilisant le nom Thompson. C'est bien moins évident dans le film. Cependant, lorsqu'ils arrivent au premier hôtel, Gonzo demande à Duke s'il compte vraiment s'enregistrer sous un faux nom. Il utilise alors le pseudonyme Raoul Duke. C''est de cette manière que l'on peut comprendre qu'il s'agit d'un faux nom.

Regarder Las Vegas Parano

Même si vous aimez tripper, il n'est pas garanti que vous aimerez le film. Ce que font Duke et Gonzo va bien plus loin qu'un simple trip. Il vous faudra une bonne dose de cynisme et d'un point de vue critique de la société pour arriver à apprécier le travail de Gilliam. Las Vegas parano a peut-être été mal reçu par les critiques, mais c'est sans aucun doute un film culte. Il est incontournable pour ceux qui qui questionnent la manière dont fonctionne notre société et ceux qui n'ont pas peur de se rebeller de temps en temps.

Las Vegas parano (1998)
Réalisateur : Terry Gilliam
Acteur : Johnny Depp, Benicio del Toro,
Durée : 119 minutes



Commentaires

Pas encore de commentaires, soyez le premier.


Ajouter commentaire

Avez-vous au moins 18 ans ?

Vous devez confirmer que vous avez au moins 18 ans pour visiter notre site internet.