EncyclopédieDrogues de synthèse - RC

Vous cherchez un cadeau magique? Laissez-vous inspirer par nos 50 meilleurs cadeaux de Noël.

Azarius

  • $

$ 0, -

0,00 $US

Drogues de synthèse - RC - Encyclopédie

Voir menu Masquer menu

Drogues de synthèse - RC

1 Commentaires

research chemicals

Les substances chimiques de recherche , ou research chemicals (RC), sont de nouvelles substances synthétiques qui imitent des drogues existantes. Elle sont par la structure presque identiques à la drogue originale, mais suffisamment différentes pour ne pas être considérées comme les mêmes substances. Par exemple, un atome de la structure moléculaire est remplacé ou enlevé. Cela signifie qu’il n’est plus exactement le même, et qu’il conduit donc à un effet différent.

Notez que le nouveau composant aura toujours un effet psychoactif. Une substance qui est structurellement similaire à une autre substance est appelée analogue chimique. Le méthylone (MDMC) est un analogue proche de la MDMA.

Les substances chimiques de recherche sont nouvelles et elles ont des structures chimiques psychoactives. Comme elles sont de nouveaux composants, elle peuvent contourner la loi et l’aspect illégal et elles peuvent être vendues sans risque immédiat de poursuite. C’est pourquoi la recherche d’analogues peut être intéressante pour certaines personnes. Les substances chimiques de recherche s’appellent également drogues synthétiques et high légaux (legal high).

Histoire

Les substances chimiques de recherche ont existé depuis la toute première interdiction des substances psychoactives. Dans les années 20, suite à la Convention Internationale de l’Opium, les gens ont cherché quelque chose de similaire à l’héroïne et à la morphine. Dans les années 60, les gens cherchaient quelques chose qui puisse imiter les effets des substances illicites LSD et PCP.

Le terme « substances chimiques de recherche » est cependant un terme relativement récent, utilisé uniquement depuis les années 1990. Un bon nombre de vendeurs a réalisé qu’ils pouvaient éviter d’être arrêtés en vendant leurs produits comme « substances chimiques de recherche ». Aux États-Unis, il est illégal de vendre des substances pour la consommation si elles sont similaires aux drogues, et c’est pourquoi les vendeurs suggèrent maintenant qu’ils sont vendus uniquement dans une optique de recherche.

Ils trouvèrent plus tard des manières plus créatives de cacher la véritable intention de leurs nouvelles substances psychoactives. « Explosion » était vendu comme rafraîchisseur d’air et il contenait du méthylone. Ou alors encore elles étaient décrites comme aliments pour plante ou sels de bain, alors qu’il s’agissait en fait de méphédrone, connu aussi sous le nom 'meow meow'.

En 2004, la DEA des États-Unis (Drugs Enforcement Agency) a lancé l’opération Web Tryp, ayant pour but de faire l’investigation des gros sites web étant suspectés de vendre des analogues de drogues. Cette opération a été la réponse à une montée en popularité des drogues « du marché gris ». Ces drogues étaient vendues en nombre croissant, mais le nombre des hospitalisation a en parallèle également augmenté, menant même parfois à des décès.

Web Tryp a conduit à de nombreuses arrestations avec sentences sévères, avec même parfois dans certains cas emprisonnement à vie. La cour prétend qu’il y a suffisamment de preuves pour suggérer que le responsable du site savait exactement ce qu’il vendait, et que leurs clients allaient consommer leurs produits. Les clients des sites incriminés n’ont pas été poursuivis aux États-Unis, mais la DEA a partagé la base de données des clients avec les autres pays. Les acheteurs au Royaume-Uni ont été arrêtés et poursuivis.

Des actions de renforcement de la loi comme l’Opération Web Tryp ont malheureusement eu des conséquences négatives. Apeurés par les poursuites, les producteurs de substances chimiques de recherche ne révèlent que très peu d’informations à leur sujet. Malheureusement ,cela signifie qu’il y a très peu d’informations sur les compétences professionnelles et la confiance émanant de ces producteurs.

Quand vous l’achetez, vous n’avez aucun moyen de savoir si une drogue est pure ou non. Elle peut être contaminée et il est même possible que vous ayez acheté quelque chose de complètement diffèrent que ce que l’on vous a dit. Après tout, il est très difficile d’identifier différents types de poudre blanche à l’œil nu.

Alexander Shulgin

Alexander Shulgin

Alexander Shulgin est une figure très importante dans l’histoire des substances chimiques de recherche. Il était chimiste et pharmacologue, responsable du développement de la MDMA en 1967, qu’il consommait lui-même. Shulgin adorait son expérience avec la MDMA et il est devenu un fervent défenseur de l’utilisation de cette substance dans un cadre thérapeutique.

Il a synthétisé de nombreuses autres substances, comme la mescaline synthétique et le 2C-B. Il testait chaque nouvelle substance avec sa femme et ses amis. Il a écrit au sujet de ces expérimentations les livres PiHKAL, TiHKAL et The Shulgin Index.

Si l’on considère la vieille histoire des drogues synthétiques, il devient clair que le terme de substance chimique de recherche ne peut s’appliquer que temporairement à une substance. Quand Shulgin a (re)découvert la MDMA, elle était une substance chimique de recherche, mais personne ne l’appellerait plus comme ça aujourd’hui. Cela semble viser les nouvelles drogues développées.

Législation

Environ cinquante nouvelles substances psychoactives sont introduites chaque année. Avant que quelque chose ne soit considéré comme une substance illégale, elle doit d’abord être identifiée. Ce n’est pas un processus simple, car, pour clairement déterminer la structure chimique d’une poudre inconnue, par exemple, vous aurez besoin d’un équipement très perfectionné.

Avant de commencer cette identification épuisante, une substance doit être aperçue plusieurs fois par les forces de l’ordre. Il n’est tout bonnement pas faisable de faire l’investigation de tous les mystérieux sachets de poudre avec des études si coûteuses. C’est seulement après qu’elle ait été clairement identifiée qu’une substance peut être classifiée et ajoutée à la liste des substances contrôlées.

Cette procédure prend au moins un an, ce qui veut dire que beaucoup de temps s’écoule entre la toute première introduction de la drogue, et son interdiction officielle. Cela peut conduire à des situations problématiques, puisque certaines substances sont très dangereuses.

C’est pourquoi les pays européens utilisent différentes législations pour éviter la production, la vente ou même l’utilisation des substances chimiques de recherche :

  1. Loi sur les médicaments : Une nouvelle substance psychoactive est considérée automatiquement comme une substance médicale, rendant sa vente illégale sans prescription. Cependant, les sentences pour la vente de médicaments sans prescription sont bien moindres que celles concernant la vente de substances contrôlées.
  2. Loi générale : Toute structure chimique similaire à la structure chimique d’une substance appartenant à la liste 1 des substances toxiques est interdite. Cependant, le renforcement de cette loi n’est pas évident, car , comme expliqué plus tôt, il est difficile d’établir qu’une substance est nouvelle ou non. En trouver la preuve est très complexe, et coûte beaucoup de temps et d’argent.
  3. Procédure d’urgence : peut-être utilisée pour des interventions rapides en cas de décès.

Il y a toujours aux Pays-Bas des substances psychoactives n’étant pas couvertes par les points 1 et 2. Tant qu’il ne sont pas vendus pour la consommation, leur vente n’est pas considérée comme un acte criminel.

Smartshops et drogues de synthèse

Les premiers smartshops ont émergé (à l’époque) grâce à des drogues de synthèse, incluant 4MTA et 2C-B. Les smartshops ont rapidement commencé à fleurir, puisque de nombreux psychonautes voulaient essayer ces nouvelles drogues. Comme on pouvait s’y attendre, cela ne pouvait pas durer et les substances synthétiques vendus par les smartshops ont vite été considérées comme des substances contrôlées. Il est donc à partir de là devenu illégal de vendre toute substance synthétique pour la consommation.

Explosion - methylone

C’est en 2004 que la dernière drogue synthétique a été retirée des rayons. Du méthylone était vendu sous le nom “Explosion » et d’après l’étiquette, était vendu uniquement pour rafraîchir l’air. D’après l’Inspecteur du Ministère de la Santé, le méthylone était une drogue (non-enregistrée).

Bien que vendre des drogues synthétiques soit aujourd’hui illégal, certains smartshops continuent à les vendre en précisant que ce n’est pas pour la consommation, et essaient ainsi de contourner la loi. L’effet secondaire malheureux de cette approche est l’absence d’informations claires sur les dosages et les risques.

Azarius NE VEND PAS ces substances chimiques de recherche, car nous ne voulons pas parier sur la santé de nos clients. Nous défendons et offrons des informations claires sur tous nos produits, et ne vendons que ceux qui sont sûrs à la consommation.

Différents types de substances chimiques de recherche

Il y a différents types de substances chimiques de recherche, divisés grossièrement en quatre groupes :

  • Les phényle-amphétamines sont des dérivées de la phénylamine. On trouve la phénylamine dans le corps humain mais aussi dans le fromage, le chocolat et le vin rouge. Les amphétamines, 4-fluor, MDMA et 2C-B sont des exemples de drogues qui appartiennent à cette catégorie.
  • Les tryptamines sont un groupe de composants organiques dérivés de la 2-(indool-3-yl)-éthylamine. Le LSD, la DMT, la mélatonine et la psilocybine (le composant psychoactif présent dans les champignons magiques) font tous partie de la famille des tryptamines.
  • Les cannabinoïdes sont un composant liés au récepteur cannabinoïde. Le corps produit naturellement des cannabinoïdes mais on peut également les trouver dans les plantes. Le meilleur exemple de plante qui contient beaucoup d’alcaloïdes différents est, bien sûr, le cannabis.
  • Le reste : toutes les autres drogues qui n’ont pas été mentionnées dans les catégories ci-dessus.

Substances populaires

Quelques substances chimiques de recherche sont très populaires au moment de la rédaction de cet article, notamment :

  • 4-FMP, appelé aussi 4-fluoro, et qui réside quelque part entre les amphétamine et la MDMA. Comme beaucoup de gens aiment les deux effets, le 4-FMP a rapidement gagné en popularité.
  • 6-APB ou 5-APB est un peu comme les XTC, mais il dure plus longtemps et il a un côté plus psychédélique.
  • LSZ a des effets similaires à ceux du LSD, mais avec une durée plus courte. Certains préfèrent ça, car le LSD peut être assez intense et de longue durée.

Bien que certaines de ces substances soient devenues très populaires, la plupart des substances chimiques de recherche n’est utilisée que par un nombre très peu élevé de la population. De nouveaux composants peuvent apparaître de manière soudaine, mais ils disparaissent parfois tout aussi rapidement s’ils présentent un manque d’intérêt. Il semblerait qu’il n’y ait pas tant de personnes que ça qui aiment être des cobayes.

De plus, les drogues bien connues comme la MDMA et les amphétamines ont un effet tellement puissant que seules très peu de substances chimiques de recherche ne pourront obtenir la même popularité dans la scène de la fête. Le 4-fluoro et le méphédrone sont des exceptions. Cependant, le méphédrone tombe dans le registre des médicaments et le 4-fluoro suivra très certainement.

Risques

Il y a quatre risques principaux associés à la consommation de substances chimiques de recherche :

  1. Il n’y a en général que très peu voire pas du tout de recherches sur les dangers immédiats que présente la consommation de ces nouvelles drogues. C’est pourquoi il n’est pas autorisé de les vendre pour la consommation. La sécurité de ces produits ne peut pas être garantie d’une quelconque manière.
  2. Comme elles sont toutes des substances inconnues, les effets à long terme sont inconnus. Des drogues comme les amphétamines et la MDMA sont utilisées depuis des années par un large groupe de personnes. Nous savons de par leurs expériences combinées que les amphétamines peuvent être addictives physiquement, et que la consommation trop régulière de MDMA peut provoquer des dommages au foie.

    Le GHB a été lui aussi une drogue nouvelle, et il a été vu au début comme non-addictif et avec des effets négatifs très limités. Nous savons désormais que le GHB peut entraîner une addiction très difficile à traiter, et qu’il y a risque de dommage permanent pour le cerveau si la drogue est utilisée tous les jours sur une période prolongée.

  3. Comme il n’y a pas de contrôle de qualité ou de sûreté sur la vente des drogues de synthèse, vous ne pouvez jamais être sûr de recevoir ce que vous pensez avoir commandé.
  4. Le plus gros risque est de loin le fait que les gens pensent que si les substances chimiques de recherche sont techniquement légales, c’est qu’elles ne sont pas dangereuses. Cela en particulier pour les articles de smartshop. Il faudrait garder à l’esprit que c’est uniquement légal parce que c’est nouveau, mais que le statut légal n’a rien à voir avec la sécurité réelle.

Si vous voulez malgré tout expérimenter ces substances, ne prenez sous aucun prétexte quelque chose qui vient tout juste de sortir. Faîtes des recherches convenables sur internet et ne jouez pas avec votre vie – si une substance est vraiment ce qu’elle prétend être, alors de plus en plus de personnes l’utiliseront au final et posteront leurs commentaires ou le rapport de leur expérience.

Aussi, vous devez réaliser que chaque personne a ses propres enzymes, ce qui signifie que tout le monde réagit différemment et que la réaction peut varier de différentes manières pour un même composant. Peut-être avez-vous eu une expérience horrible, alors que personne d’autre ne semble avoir été affecté.

Détectabilité

Certaines substances similaires à la MDMA et aux amphétamines sont détectables avec des tests de transpiration, d’urine, ou de sang. Ils peuvent être mis dans la catégorie phényle-amphétamine. Bien qu’il soit difficile d’identifier exactement la substance que vous avez pris, une prise de sang révélera votre consommation de drogue.

On ne fait en général pas de test pour les tryptamines, rendant les drogues tombant dans cette catégorie indétectable par les tests standards. D’autres drogues de synthèse produisent le même effet que le cannabis, bien que pas encore illégales, et n,e pouvant pas être détectées dans votre sang. En Allemagne, le renforcement de la loi met en place des tests de transpiration. S’il est positif, il sera suivi par une prise de sang.

Si vous êtes pris avec (des traces de) du cannabis sur votre corps, cela n’entraînera pas seulement une amendes salée, mais dans certains cas vous pourrez perdre votre emploi et même la possibilité de travailler dans certains secteurs. Cela s’applique entre autre aux travailleurs sociaux et aux enseignants.

Pour nous néerlandais, cela est très étrange. Surtout quand on sait que l’on peut encore trouver des traces de cannabis dans le sang jusqu’à trois semaines plus tard. C’est pourquoi il semblerait prudent de se tourner vers du cannabis synthèse et non détectable si vous vivez dans un pays aussi strict.

Contre-indications

Chaque année, au moins cinquante nouvelles substances chimiques de recherche sont introduites. Cela rend impossible l’écriture de contre-indications strictes qui couvriraient tous les différentes composants.

Comme règle de base, ne mélangez jamais de substance chimique de recherche avec au autre drogue ou médicament. En addition, nous déconseillons fortement la consommation de drogues dans le cas de tension élevée, de problèmes cardiaques ou si vous êtes enclins a des psychoses.

Dernier point, et pas des moindres – si après avoir lu tous nos avertissements vous voulez toujours essayer des substances chimiques de recherche, veuillez lire ces conseils de sécurité : La consommation des psychédéliques en toute sécurité.



Commentaires

  • gcmsman 25-07-2017 18:21:01

    just reading before i order always more knowlege is power one love you guys an gals


Ajouter commentaire

Avez-vous au moins 18 ans ?

Vous devez confirmer que vous avez au moins 18 ans pour visiter notre site internet.