EncyclopédieMDMA (XTC)

Azarius

  • $

$ 0, -

0,00 $US

MDMA (XTC) - Encyclopédie

Voir menu Masquer menu

MDMA (XTC)

1 Commentaires

Qu'est-ce que la MDMA ?

La MDMA ou "ecstasy" est une "amphétamine psychédélique" qui a gagné en popularité au cours des 20 dernières années en raison de sa capacité à produire un fort sentiment de bien être, d'empathie, et de connexion avec les autres personnes. On la trouve le plus souvent sous forme de comprimés, même si elle est parfois vendue en gélule ou en poudre. Elle est le plus souvent utilisée par voie orale et rarement sniffée. L'usage de la MDMA est étroitement liée aux scènes raves (et club de danse) à travers le monde, mais elle a aussi été largement utilisée par les thérapeutes comme un complément à la psychothérapie.

Histoire

La MDMA a été synthétisée pour la première en 1912. Puis elle a été brevetée en Allemagne par la société Merck en 1914. A cette époque, ce n'était pas l'objet de la recherche. Mais Merck est tombé sur la MDMA quand ils ont essayé de synthétiser l'hydrastine, un médicament vasoconstricteur et astringent. La MDMA était un sous-produit, non planifié, de cette synthèse. Comme d'habitude, le processus de sa synthétisation a été brevetée.

Dans les années 1950, elle a été brièvement étudiée par le gouvernement américain dans le cadre de l'enquête de la CIA et de l'armée dans la guerre chimique. Une étude a été commandée en 1953/54 sur la MDA, MDMA et d'autres substances pour en faire un sérum de vérité. Elles se sont révélées inadaptées à cet effet. Les résultats de cette recherche n'ont été publiées qu'en 1973. Le premier usage récréatif a été déclaré dans les années 1960.

Au milieu des années 1970, elle a été redécouverte par la communauté des thérapeutes psychédéliques et a commencé à être utilisé en tant que complément à la psychothérapie par les psychiatres et thérapeutes qui connaissent bien le domaine de la psychothérapie psychédélique. Dans les années 1980, ce médicament commence à être utilisé de façon récréative. Sa popularité croissante la rendue illégale aux États-Unis en 1985 (et les années suivantes dans la plupart des autres pays) et sa popularité n'a cessé d'augmenter depuis lors,

Chimie

3,4-méthylène-dioxy-N-méthamphétamine (MDMA) est un produit chimique synthétique qui peut être dérivé d'une huile essentielle de l'arbre de sassafras (safrole). Safrole, isosafrole, MDP-2-P, le pipéronal et le bêta-nitroisosafrole sont les précurseurs les plus couramment trouvés à la MDMA.

Effets positifs

Vous serez pris d'un sentiment qui vous fera voir le monde en rose. Les gens sous la MDMA décrivent qu'ils se sentent souvent "en paix" ou "heureux". Quelque chose de banal pourra vous paraître comme quelque chose extraordinairement beau.

L'empathogène est un sentiment de proximité affective aux autres (et à soi-même). Les gens sous MDMA déclarent se sentir plus à l'aise pour communiquer avec d'autres personnes, elle casse la barrière de la communication et offre une ouverture d'esprit plus importante. On parle de "drogue sociale" - la proximité émotionnelle favorise un contact personnelle très enrichissant.

La MDMA peut considérablement améliorer (parfois déformer) les sens - le toucher, la proprioception, la vision, le goût et l'odorat. Les consommateurs de MDMA peuvent parfois être vu en train de toucher des objets et apprécier leur texture, de goûter et de sentir divers aliments/boissons. Cet effet alimente également le nom de "drogue sociale".

On reconnaît d'autres effets comme : une augmentation de l'énergie (stimulation), une sensibilisation et une meilleure appréciation de la musique.

Effets négatifs

Les effets physiques de la MDMA consommée au dosage habituel sont subtiles et variables : certains utilisateurs ont la bouche sèche, la mâchoire serrée, ils grincent des dents, souffrent de nystagmus, de sueurs et de nausées. D'autres rapportent un sentiment de profonde relaxation physique. À des doses plus élevées (surdoses), les effets physiques de la MDMA ressemblent à ceux des amphétamines : battements de cœur rapides ou très forts, des sueurs, des étourdissements, de l'agitation, etc.

De nombreux utilisateurs disent se sentir déshydraté le lendemain de la prise de la MDMA. Ce "jour d'après" est en fait, pour de nombreux utilisateurs de MDMA, ce qu'ils ont besoin (2 jours) pour se remettre des effets : l'un pour l'expérience et l'autre pour la récupération. De nombreux consommateurs ressentent une certaine dépression post-MDMA, le plus souvent le jour suivant l'expérience cela peut durer 5 jours maximum. Quelques personnes ressentent des symptômes de la dépression pendant des semaines. Alternativement, certains se sentent mieux pendant une semaine ou deux après la prise de MDMA. Les effets négatifs et les symptômes de la prise de MDMA semblent être pire lors de consommations excessives, et peut entraîner une addiction à vie.

Par ailleurs, on note des complications cardiaques, hyperthermie (déshydratation), hépatotoxicité et parfois des cas de psychoses.

Les complications cardiaques se révèlent chez les personnes ayant des antécédents cardiaques non identifiés.

Des cas d'hyperthermie avec toutes sortes de complications se sont révélés potentiellement mortelles (surdosage d'amphétamine)

L'hépatotoxicité c'est à dire que c'est nocif pour le foie est souvent en relation avec l'amphétamine.

Il faut savoir que, même si les complications peuvent sembler incroyables, elles ne concernent qu'une faible partie des consommateurs de XTC.

Usage médical

Des thérapeutes défendent son utilisation dans un cadre thérapeutique, car elle améliore la communication et l'anxiété ainsi que les barrières s'évaporent. Initialement, la communauté thérapeutique essayé de garder en secret les connaissances sur ce médicament.

Malgré les protestations de certains membres de la communauté psychanalytique, elle a été classée drogue Schedule I (ou Classe A) aux États-Unis en 1985, bien que cela n'ait pas emêché son expension en tant que drogue de rue.

Les chercheurs croient que la MDMA peut soulager la douleur et la détresse émotionnelle des patients souffrant d'un cancer en phase terminale et elle peut également accélérer temps le rétablissement des soldats souffrant du syndrome de stress post-traumatique. "Entre 1977 et 1985, environ un demi-million de doses ont été administrées pour le traitement de la dépression, de l'anxiété, du traumatisme lié à un viol, et même pour traiter certains cas de schizophrénie", indique Richard Doblin, étudiant en doctorat à l'Université de Harvard, il préside l'association multidisciplinaire de la recherche psychédélique.

De plus, il affirme que la FDA a "omis de reconnaître les résultats positifs" de ce médicament. Ainsi, il doit subir "de nombreux tests longs et coûteux afin d'établir ce que nous savons déjà - que la MDMA est sûre pour une utilisation clinique.

Des études visant à prouver sa sécurité sont actuellement en cours à l'Université de Californie à Los Angeles par le psychiatre Charles Grob, et l'effet de ce médicament sur ​​la chimie du cerveau est également en étude. Au début des années 90 des les études ont été portées sur les capacités de la MDMA à soulager l'anxiété des patients en phase terminale. Grob souligne que le traitement n'est en aucun cas un remède à la maladie physique. Elle vise plus à atténuer les sentiments de dépression et d'anxiété que les patients ressentent quand ils se rapprochent de la mort.

La MDMA s'est également avérées utiles dans le traitement des personnes souffrant du syndrome de stress post-traumatique. La plupart des recherches sur ce sujet est en cours en Suisse, en Espagne et en Israël. Les États-Unis, quant à eux, préfère la science de l'armement pour la guerre contre la drogue.

Impuretés

C'est parce que la MDMA est si populaire et parce qu'elle est idéale pour les soirées dansantes, que la demande excède généralement l'offre. Cela ouvre une porte aux individus peu scrupuleux qui vendre pratiquement n'importe quoi comme "ecstasy". Alors que l'ecstasy est le nom populaire de la MDMA, la définition fonctionnelle de l'ecstasy est une pilule présentée comme la MDMA dans la rue. Les pilules d'ecstasy sont notoirement peu fiables dans leur contenu, d'autant plus que la plupart contient souvent de la caféine, de l'éphédrine, des amphétamines, MDA, MDE, DXM, ou - dans de rares cas - de la DOB. Ce problème a conduit à l'élaboration de simples kits de tests de MDMA qui peuvent aider à donner à l'utilisateur une idée générale de ce que la pilule contient. Dans certains pays, vous pouvez tester vos pilules à des associations ou des organismes sans risquer de conséquences.

Usage

Une dose récréative contient entre 1 et 2 mg de MDMA par kilo de poids corporel. Cela signifie pour quelqu'un qui pèse 60 kilos, que la dose se situe entre 60 et 120 mg de MDMA. Selon Erowid, les pilules contiennent entre 80 à 120 mg de MDMA.

Un grand nombre d'utilisateurs constatent que, contrairement à de nombreuses autres substances psychoactives telles que le LSD ou les champignons, on ressent un sentiment de bien être. Des doses plus élevées ne sont pas particulièrement souhaitables car elles n'améliorent pas les effets recherchés

Les effets durent de 4 à 6 heures, selon la quantité de drogue prise, sa force, sa pureté, son poids et son état d'esprit lors de la prise. La MDMA est fait varier l'humeur ce qui produit des sentiments d'empathie, d'ouverture et de bien-être. Elle n'occasionne pas la violence ou la dépendance physique.

Combinaisons

LSD : La MDMA diminue aussi les chances d'un bad trip. La plupart préfèrent des doses très faibles de LSD et rester à la maison.

Amphétamine (speed) : Pour conserver son énergie tout au long de la nuit et prolonger l'expérience à un coût relativement faible. Peut facilement être la cause de surexcitation, d'impression de vitesse, avec moins de contrôle.

Alcool : noie l'effet de l’ecstasy. L'alcool et les amphétamines font souffrir le foie et les reins, entraînant une déshydratation. En cas de combinaison avec l'un ou l'autre il y a un risque létal

2CB : Parfois, pris en descente. Comme il prend la relève de la MDMA, l'expérience est subtilement différent elle pousse plus à un point de vue intellectuel. Certaines personnes trouvent qu'il est plus facile d'assimiler les connaissances acquises. Le 2CB a aussi la réputation d'être aphrodisiaque.

Avertissements

À fortes doses, la MDMA peut interférer avec la capacité du corps à réguler la température. Cela peut conduire à une forte augmentation de la température corporelle (hyperthermie), ce qui abîme le foie, les reins et le système cardiovasculaire. Ceci est potentiellement mortelle dans les environnements chauds où on danse vigoureusement.

Parce que la MDMA peut interférer avec son propre métabolisme (ventilation à l'intérieur du corps), les niveaux potentiellement nocifs pourraient être atteint par la consommation répétée de drogues dans un court intervalle.

Les utilisateurs de MDMA sont confrontés aux mêmes risques que les utilisateurs d'autres stimulants comme la cocaïne et les amphétamines. Il s'agit notamment de l'augmentation de la fréquence cardiaque et la pression artérielle, un risque spécial pour les personnes souffrant de problèmes circulatoires ou de maladies cardiaques et d'autres symptômes comme la tension musculaire, crispation involontaire des dents, des nausées, une vision brouillée, étourdissements, et des frissons ou des sueurs. Les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires ou cardiaques connus ne devraient pas prendre de MDMA. Même chose pour les personnes qui ont souffert de troubles du foie, de l'hépatite A ou B, une seule dose pourrait être fatale.

Eviter la prise d'ecstasy si vous êtes sous anti-dépresseurs et ne se combine pas avec les iMAO.

Liens / Plus d'informations

Ecstasy.org

MDMA.net

E is for ecstacy par Nicholas Saunders (version en ligne)

A rough guide to ecstacy - Reproduction de The Book of E par Push et Mireille Silcott

MDMA research around the world (MAPS)

MAPS' MDMA Reseach Information

A1b2c3.com on ecstacy

E de MDMA (portugues)

This is your brain on ecstacy

Références

Cette article est tiré des sites suivants :

Erowids MDMA FAQ

Unity drugs on XTC

A MAPS history of ecstacy - a1b2c3.com

What the evidence shows - a1b2c3.com

Psychology Today on MDMA (1994)

NIDA Infofacts: MDMA

Uit je bol - Chapter 5: Ecstacy (in Dutch)

Urban75 on XTC



Commentaires

  • zygo 09-08-2007 08:41:49

    I tried xtc the 1st time 16 mos ago. 8 occasions, last time over 6mos ago. I am older 40+ having lots of joint pain, stiffness body aches and don't recover from excersise now. Never felt this before. Is is possible bone loss from use causing artheritic symptoms???


Ajouter commentaire

Avez-vous au moins 18 ans ?

Vous devez confirmer que vous avez au moins 18 ans pour visiter notre site internet.