Smartshop
Vaporisateurs
Graines
Headshop
Lifestyle

Pays: Etats-Unis

Copelandia cyanescens - Encyclopédie

Voir menu Masquer menu

Copelandia cyanescens

8 Commentaires

Qu'est-ce que le Copelandia cyanescens ?

Le Copelandia cyanescens est l'une des nombreuses espèces psycho-actives de champignons contenant l'alcaloïde tryptamine. On la considère souvent originaire d'Hawaï car elle y est fréquemment consommée, bien qu'il semble qu'elle soit en réalité originaire d'Asie.

Plus de 180 espèces de champignons sont connues pour contenir les alcaloïdes tryptamines psilocine et/ou psilocybine. Elles appartiennent à l'orde Agaricales incluant les genres Psilocybe (117 espèces), Gymnopilus (13 espèces), Panaeolus (7espèces), Copelandia (12 espèces), Hypholoma (6 espèces), Pluteus (6 espèces), Inocybe (6 espèces), Conocybe (4 espèces) et enfin Agrocybe, Galerina and Mycena (1 de chaque). Quant à la répartition géographique du Psilocybe, la majorité des espèces pousse dans les forêts humides subtropicales du Mexique et de Nouvelle Guinée. On trouve au Mexique le plus grand nombre de champignons neurotrophiques avec 76 espèces, dont 44 appartiennent au genre Psilocybe (soit 39% des espèces mondiales). L'Histoire du Mexique est très liée à l'utilisation des champignons, et le Copelandia cyanescens est le plus commun sur le marché des psychédéliques.

Histoire

Dans un site archéologique du Nord de la Thaïlande, dans la région de Non Nak Tha, des os de zébus mélangés à des restes humains ont récemment été mis à jour. Le Psilocybe cubensis étant connu pour se développer sur le fumier de bovins dans ces régions, Terence McKenna émis l'hypothèse que nos ancêtres connaissaient et utilisaient ces champignons vers 15000 avant Jésus-Christ. Pour lui, ce champignon joua un grand rôle dans l'évolution physique, sociale et culturelle de notre espèce. Cette théorie porte le nom de « singe enivré » (McKenna, 1992).

Dans les plaines de Tassili au Nord de l'Algérie, des peintures rupestres datant de plus de 9 millénaires (Samorini, 1992; Gartz, 1996) représentent des figures anthropomorphiques où des champignons sont dessinés sur leur corps. Cela mis en évidence de façon définitive la place qu'a occupé la consommation de ces champignons dans notre histoire. Emboden (1979) décrivit, parmi tous les remèdes traditionnels chinois de la seconde Dynastie Chin, une cure guérissant de la « maladie du rire » due à une intoxication au champignon Psilocybe.

En Amérique Centrale et en Amérique du Sud, l'utilisation des champignons psilocybines (ainsi que d'autres hallucinogènes) était très répandue, jusqu'à l'arrivée des conquistadores espagnols qui, en plus de répandre la foi chrétienne, interdirent sa consommation. Les Indiens mixtèques quant à eux possédaient un dieu propre à chaque plante hallucinogène qu'ils consommaient. Par exemple, le dieu relatif aux champignons se nommait Sept Fleurs, et était représentait avec une paire de champignons dans ses mains (Wasson 1898). Les Aztèques avaient également un dieu pour les enthéogènes. Ils l'appelaient Xochipilli, le Prince des Fleurs. Les champignons consommés par les Indiens étaient très certainement des Psilocybes mexicains ou caerulescens et des Panaolus sphinctrinus.

L'intérêt porté aux champignons dans le « monde moderne » est venu avec Gordon Wasson, qui lors d'un rite mazatèque dans le village de Hualta de Jimenez, s'initia avec l'aide de la curandea maria Sabina au « velada » (réunion nocturne de plusieurs personnes). Cette réunion comporte un rite religieux très emprunt et influencé par les champignons Psylocybe (Wasson 1898). Les informations relatives à la répartition géographique des champignons et de leurs utilisations commença alors. En 1958, les substances actives du Psilocybe, à savoir la psilocybine et la psilocine, ont été mis à jour et synthétisées par le Docteur Hoffman. Il découvrit également le diéthylamide de l'acide lysergique (LSD) (Schwartz 1998). Les expérimentations et recherches sur ces champignons se firent alors de plus en plus nombreuses, pour atteindre son apogée avec le mouvement psyché des années 60 (The Vaults of Erowid : champignons sacrés). De nos jours, les champignons à base de psilocybine restent les récréatifs hallucinogènes les plus consommés (Adalf 1998).

Le Copelandia cyanescens, qui est sans doute originaire d'Asie, a semble-t-il été introduit dans les îles hawaïennes par l'intermédiaire des troupeaux de bovins venant des Philippines au tout début du dix neuvième siècle. Il a été identifié à deux reprises. La première fois, il fut répertorié par Berkeley et Broome en 1871 au Sri Lanka en tant que Agaricus cyanescens. Quelques années plus tard, Bresadola (1881-1892) retrouva également sa trace aux Philippines, et le répertoria comme Copelandia papilionacea.

Botanique

Il fait parti, avec deux autres espèces, de la famille Coprinaceae et est essentiellement coprophile. On le trouve communément à Hawaï, en Louisiane et en Floride, au Mexique, au Brésil, en Bolivie, aux Philippines, dans l'Est de l'Australie, en Inde, à Bali, dans le Sud-Est de l'Asie et d'autres régions similaires.

Le champignon est petit, muni d'une tige longue et fine soutenant une tête assez claire. L'une des particularités de ces espèces psychoactives est le bleuissement intense résultant d'une manipulation l'ayant endommagé. Cette caractéristique permet de reconnaître, entre autres, que l'espèce n'est pas mortelle. Par ailleurs, ce phénomène intense est commun au C.cyanescens, alors que très aléatoire voire absent chez d'autres espèces.

Chimie

Le Copelandia cyancescens contient plus de psilocine que de psilocybine. La concentration de ces alcaloïdes est plus élevée que chez n'importe quel autre champignon (Schultes et Hoffman 1980). La première différence entre ces deux substances est que la psilocine est instable et disparaît lorsque le champignon sèche, alors que la psilocybine reste beaucoup plus longtemps (un champignon vieux de 115 ans en contenait encore quelques traces). Ce sont deux substances psychoactives. La psilocine est la forme métabolisée de la psilocybine. Elle augmente le taux de dopamine dans le cerveau impliquant ainsi la défonce.

Effets

Les effets peuvent être décrits comme un voyage à l'intérieur de l'esprit. Ces effets hallucinogènes sont similaires à ceux du LSD; cependant, la psilocybine est deux fois moins puissante et ses effets durent moins longtemps (Schwartz 1988). Les réactions physiologiques communes sont une relaxation musculaire, une sensation de froid dans les membres et dans l'abdomen, et une dilatation des pupilles. Une dose plus élevée provoque des hallucinations mentales et visuelles, une distorsion de l'espace, une capacité accrue à visualiser de façon créative et spontanée des images détaillées ainsi qu'un sentiment de distorsion du temps. Ces effets sont généralement décrits par des personnes ayant déjà consommé auparavant des champignons. Ainsi, la consommation de ce champignon permet de se déconnecter de la réalité et d'altérer l'état de conscience (Cumno 1994).

La nature du voyage varie suivant l'état d'esprit de la personne qui en consomme. L'expérience que vous vivrez pourra donc être totalement différente des divers témoignages que vous pourrez lire.

Précisons qu'il y a également des effets indésirables; comme après une fête trop arrosée, les champignons laisse une sorte de gueule de bois avant que le voyage ne commence. Cela implique une sensation de froid, des nausées et autres dérangements gastriques. Souvenez-vous que cela n'arrive généralement qu'aux personnes dont l'état d'esprit est négatif, et qui seront alors pris dans un cercle vicieux, où la négativité renforce ces sensations désagréables. Parmi ces personnes, on trouve celles souffrant de dépression, de schizophrénie ou ayant subi un traumatisme. Ainsi, si vous souffrez de l'une de ces choses, ou si vous n'êtes simplement pas heureux, ne consommez surtout pas de champignons.

Les champignons Copelandia sont plus puissants que les Cubensis et sont connus pour procurer des défonces visuelles teintées de couleurs exotiques et chaudes.

Lorsque vous prenez une dose moyenne, le voyage durera 4 à 6 heures et diminuera progressivement. L'intervalle entre les hallucinations devient alors de plus en plus long, jusqu'à ce qu'elles disparaissent totalement.

Usage médical

La psilocybine est la substance active qui a et est toujours utilisée à des fins thérapeutiques. Ces champignons ne sont pourtant pas très recommandés en raison de leur taux élevé en psilocine. On leur préférera donc des champignons moins forts, et aux effets secondaires moins nombreux.

Variétés

Le Copelandia cyanescens, l'un des huit binômes publiés dans le genre Copelandia, a également été classé comme Panaeolus (sous-genre Copelandia) cyanescens (voir Allen et al., 1992 et Weeks et al. 1979). D'après Guzman, (pers. comm., 1988), les P.cyanescens sont les mêmes espèces issues de positions taxonomiques différentes.

Le Panaeolus cyanescens et le Psilocybe cyanescens sont deux champignons différents. La confusion vient du fait que les deux espèces, le Panaeolus cyanescens (les espèces subtropicales) et le Psilocybe cyanescens (qui aime le bois) sont abrégées P.cyanescens.

Dosage

Pour une dose standard, utiliser 7 à 10 champignons (environ 10 grammes) ou 1 à 2 grammes séchées.

La plupart des consommateurs sont d'accord pour dire qu'en faire du thé reste le meilleur moyen pour les consommer. Versez de l'eau chaude sur les champignons broyés et séchés, patientez 5 à 10 minutes, séparez le liquide des dépôts, puis répétez l'opération avec un peu plus d'eau chaude.

Les champignons, frais ou séchés, peuvent également être ajoutés à du jus d'orange, du chocolat chaud, de l'eau miélée ou des épices.

Avertissements

Comme la plupart des hallucinogènes, le psilocybine peut induire des épisodes psychotiques et aggraver voire déclencher des maladies mentales. Si vous êtes angoissé ou dépressif, n'en consommez surtout pas; si vous souffrez de schizophrénie ou d'autres pathologies similaires, n'en consommez surtout pas.

Contre-indications

Une sensation de baisse de la température corporelle, des reflux gastriques et nausées sont généralement ressentis par tous les consommateurs. Gardez à l'esprit que ces effets sont tout à fait normaux et qu'il ne faut pas essayer de lutter contre eux, au risque de compromettre la suite du voyage.

Association

L'association de ce champignon avec des MAOI est fortement déconseillée. Cependant, si vous en avez consommé, il ne faudra utiliser que la moitié de la dose en champignons requise, et le voyage durera environ deux heures. Malgré tout, restez très prudent vis-à-vis de ces combinaisons.

Consommer de la mrijuana pendant le voyage ne vous permettra pas d'atteindre l'état de conscience altérée. Lorsque vous en fumez au plus haut de la défonce, le THC se combine à la psilocybine et à la psilocine, ce qui augmente les effets mais diminuera radicalement l'intensité du voyage. Enfin, lorsqu'elle est consommée à la fin du voyage, la marijuana réanime quelque peu la défonce.

Culture

La culture du C. cyanescens n'est pas aussi simple que pour le P. cubensis. Peu d'informations sont disponibles, mais avec de la persévérance et les bons matériaux, on peut en faire pousser chez soi. Consultez le lien suivant : The Shroomery pour plus de conseils.

Conservation

Les champignons frais peuvent être conservés environ deux semaines dans un réfrigérateur. Il est cependant conseillé de les consommer lorsqu'ils sont bien frais, ou alors en les faisant sécher. Les champignons séchés seront moins puissants, mais peuvent être conservés durant des années.

Liens / Références

Psilocybe de l'Encyclopédie des substances psychoactives de Richard Rudgley. Inclus l'expérience de Gordon Wassons à la psilocybine en compagnie de la curandera Maria Sabina.

L'ascension de la conscience Psilocybienne de John W. Allen avec James Arthur

Livres et articles en ligne Mushroom John's Shroom de John W. Allen

Cet article est basé sur les liens suivants

Conscience Psilocybienne

FAQ Champignon Lyceaums Psilocybin

Or: FAQ Mushrooms

Copelandia et autres champignons psychoactifs d'Hawaï de John W. Allen et Mark D. Merlin, 1989. Journal d'informations de la Société Botanique hawaïenne vol. 28(2):27-30.

L'ascension de la conscience Psilocybienne de John W. Allen avec James Arthur

Identification des espèces et analyse chimique des champignons psychoactifs des îles hawaïennes de Mark D. Merlin et John W. Allen


Commentaires

  • Curious George 08-01-2010 07:58:13

    very helpful

  • pussy:) 20-01-2010 23:44:06

    yeah,nice

  • D 10-10-2010 02:18:13

    do these grow in Washington? I saw some these the park.

  • knight45 28-11-2010 20:51:46

    Yes they do

  • bill 06-12-2010 20:04:49

    i picked these from cow poop, dried them out under a lamp with a t-shirt over the box, and ate less than a small handful. i got the trip, but about 30 hours after i took them, i woke up with abdominal cramps, diarrhea and vomited once. is that normal, or am i going to die?

  • ShroomMaker3000 08-05-2011 16:56:56

    If you ARE depressed, TAKE mushrooms! They have been shown to completely iradicate depression.

    It's also a good idea to go on a level 5 trip if you have any inner problems that you need to resolve, you can speak with your god if you like :)

  • Yanal 14-05-2011 03:22:44

    Thnx alot

  • asanisimas 08-05-2013 15:28:14

    if i am in philippines exist any local name to them


Ajouter commentaire