EncyclopédieWilliam S. Burroughs

Recevez gratuitement 1 graine avec votre commande de graines | Voir les graines de cannabis

Azarius

  • $

$ 0, -

0,00 $US

William S. Burroughs - Encyclopédie

Voir menu Masquer menu

William S. Burroughs

0 Commentaires

William S. Burroughs est considéré comme l'un des écrivains les plus importants du 20ème siècle. Il était aussi un vrai connaisseur en drogues. On pourrait le considérer comme l'un des plus grands psychonautes notamment pour ses sentiments ambivalents pour les psychédéliques.

William Burroughs signing a book

Début de sa vie

William Seward Burroughs II est né le 5 février 1914 à St. Louis. Sa famille était aisée ainsi que son grand-père, de qui il a pris le nom, et qui était l'inventeur d'une machine à calculer, et le fondateur de la Burroughs company, qui deviendra incontournable dans le monde des ordinateurs. Le jeune Burroughs, déjà attiré par l'écriture, semblait bien parti pour mener une vie ordinaire et il est parti à Harvard étudier l'anglais puis l'anthropologie. Pendant la deuxième guerre mondiale, Burroughs n'a pas réussi à être recruté et il a commencé à toucher aux drogues. C'est à cette époque qu'il a rencontré Jack Kerouac et Allen Ginsberg. Ce fût le début d'une amitié qui aura des conséquences culturelles massives.

Junkie

Après la guerre, Burroughs, dépendant à l'héroïne à plein temps et dealer à temps partiel, a voyagé vers d'autres continents. Il a rencontré sa deuxième femme Joan Vollmer pendant la guerre. Elle prenait aussi de la drogue, mais elle avait plutôt un penchant pour le benzédrine (qui n'était autre qu'une amphétamine légale à l'époque). Ils ont commencé une relation tumultueuse et ont même eu un fils (qui deviendra lui-même écrivain.) Le style de vie de consommateur a commencé à rattraper Burroughs qui décidé de partir pour le Mexique. L'héroïne lui fit perdre tout intérêt pour le sexe, mais sans cela l'homosexualité latente de Burroughs commençait à devenir évidente. Cela a conduit au tristement connu épisode de « William Tell ». Un jour où ils étaient tous les deux ivres, Burroughs sortit son pistolet et déclara à sa femme que c'était le moment de leur « William Tell ». Vollmer mis un verre sur sa tête, et Burroughs, qui était expert du tir, visa pourtant trop bas et la tua.

Avec l'aide de pots-de-vin Burroughs ne fut condamné que bien plus tard. Mais il était déjà retourné aux Etats-Unis. Burroughs interpréta ce meurtre comme un élément crucial de sa vie, déclarant qu'il ne serait jamais devenu écrivain si ça n'était jamais arrivé. Même s'il avait déjà fini l'écrire la nouvelle Junkie, même s'il l'avait écrite parce que Ginsberg l'avait convaincu de la faire.Junk (plus tard Junkie) a été publié en1953 sous le pseudonyme de William Lee. Aujourd’hui, cette histoire est considérée comme un classique de la littérature de drogue, comme un coup d'oeil réaliste et douloureux à la vie d'un dépendant à l'héroïne. A cette époque l'addiction était un sujet tabou et il a été publié dans une série de livres de poche bon marché au milieu d'histoires de détectives et de vraies histoires de crimes. Le livre sera ignoré jusqu'à ce que Burroughs devienne un écrivain expérimental connu.

Popularité tardive

Toujours en mouvement ou en fuite, Burroughs a fini par aller à Tanger. Cette ville marocaine était parfaite pour lui : les hommes et les drogues étaient tout le temps disponibles. Il a commencé à écrire là-bas une nouvelle en étant sous influence du cannabis (et en particulier la confection marocaine majoun) et de certains opiacés. Le résultat a été un texte hallucinant que Kerouac et Ginsberg l'ont aidé à mettre en forme. Le contenu et le style de ce que l'on pourrait appeler le Repas nu était tellement radical que la maison d'édition parisienne Olympia Press, spécialisée dans les « livres impubliables a accepté le livre. Heureusement pour Burroughs le livre a fait un vrai scandale et il a été interdit aux États-Unis à cause de son langage obscène. L'interdiction a fini par être annulée une fois Burroughs devenu une sorte de star de la littérature. Naked Lunch et des suites comme The Ticket That Exploded (1962) et Nova Express (1964) ont été des livres très populaires dans la contre-culture des années 60. Burroughs, a déjà cinquante ans et portant toujours un costume, était considéré comme un orateur un peu étrange. Ce statut a été appuyé avec son apparition sur la couverture du légendaire Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band des Beatles.

Point de vue sur les drogues

Burroughs a utilisé des drogues une bonne partie de sa vie mais a réussi à se débarrasser de ses habitudes avec l'héroïne au début des années 70, pour finalement y replonger. Au moment de sa mort il suivait un programme de méthadone. Il est toujours resté intéressé par les différents expériences sur la drogue et comment les substances interagissent avec le corps et l'esprit. Les drogues ont ensuite fait partie d'un système de contrôle plus général, ce qui a beaucoup fasciné l'anti-autoritariste Burroughs. Burroughs était un libertaire avec une vision paranoïaque du gouvernement qui s'exprimait à différents niveaux. Au début des années 50, son étude d'anthropologie en combinaison avec son intérêt pour les substances qui altèrent l'esprit l'ont conduits vers une expédition de 7 mois dans la forêt amazonienne. Il a fait des recherches sur le yagé, que l'on connait aujourd'hui comme l'ayahuasca, en particulier parce-qu'il espérait que cela pouvait guérir son addiction. Ses expériences sont décrites dans The Yage Letters qui est une compilation des notes de ses carnets et des lettres que Burroughs a envoyé à son ami Ginsberg. Burroughs était impressionné par la puissance de l'ayahuasca qu'il pensait être comme nulle autre drogue. Et sa paranoïa typique a fait une apparition quand il a pensé que le curandero était là pour le tuer et non l'assister.

Les connaissances encyclopédiques de Burroughs ont été bienvenues dans les années 60 quand les thérapeutes, et les scientifiques et les gourous ont essayé de trouver un moyen de garder le LSD légal. Visiblement, les autorités essayaient d'associer le LSD à l'addiction. Cela explique pourquoi Burroughs a fait une apparition quelque peu surprenante dans le livre de 1964 LSD The Conscious-Expanding Drug. En companie des célèbres psychonautes Timothy Leary, Alan Watts et Humphry Osmond, il donne une explication sobre sur les différences entre les narcotiques et les substances qui ouvrant la conscience. Burroughs avait une vision réaliste et non romancée des drogues, et par exemple il aimait le cannabis pour écrire et la façon dont il offre différentes façons de voir mais il réfutait l'idée de l'inspiration par les drogues.

William Burroughs on the set of Naked Lunch



Influence

L'influence de Burroughs est incalculable. D'un côté il appliquait les libertés modernes de James Joyce avec un grand sens de l'humour et un manque de peur en ce qui concerne les sujets tabous. Il a également mis au point une méthode d'écriture connue comme lé méthode découpage. L'écrivain pouvant découper son texte avec des ciseaux et réannger les pièces afin de trouver de nouvelles combinaisons et signification. Beaucoup de ses livres ressemblent à ses science-fictions avant-gardistes et on ne peut pas nier son influence sur des écrivains comme J.G. Ballard, William Gibson et Robert Anton Wilson. Aucun écrivain n'a autant influencé la culture pop que Burroughs. Steely Dan ont pris le nom d'un dildo dans Naked Lunch, David Bowie a appliqué sa méthode de découpage sur beaucoup de chansons, alors que Patti Smith, Laurie Anderson et Kurt Cobain ont tous été inspirés par ses textes, et Burroughs a même fait quelques apparitions sans une vidéo (« Just One Fix » de Ministry) et a même collaboré avec des musiciens pour l'album Dead City Radio (1990) où ses textes lus par sa voix inimitable sont accompagnés par la musique d'artistes comme Sonic Youth, Donald Fagen et John Cale. Burroughs a fait une apparition surprise dans le film de 1989 Drugstore Cowboy et en 1991, le réalisateur de films d'horreur David Cronenberg a entrepris une adaptation de Naked Lunch. Une version filmique littérale aurait été impossible mais Cronenberg a brillamment mélangé le livre avec des matériaux autobiographiques en réussissant quand-même à faire un film trippant et unique.

William Burroughs est mort le 2 août 1997 d'une crise cardiaque, à l'âge de 83 ans. Il a été enterré dans le caveau familial. Sous son nom, la date de sa naissance et de sa mort, il est simplement écrit : Auteur américain.

Sélection bibliographique

Fiction

  • Junkie (1953)
  • Naked Lunch (1959)
  • The Soft Machine (1961)
  • The Ticket That Exploded (1962)
  • Nova Express (1964)
  • The Wild Boys: A Book of the Dead (1971)
  • Cities of the Red Night (1981)
  • The Place of Dead Roads (1983)
  • The Western Lands (1987)
  • Interzone (1989)
  • My Education: A Book of Dreams (1995)

Non-fiction

  • The Yage Letters (1963)
  • The Job: Interviews with William S. Burroughs (1969)
  • The Electronic Revolution (1971)
  • The Adding Machine: Collected Essays (1985)


Avez-vous au moins 18 ans ?

Vous devez confirmer que vous avez au moins 18 ans pour visiter notre site internet.