EncyclopédieHéroïne

Azarius

  • $

$ 0, -

0,00 $US

Héroïne - Encyclopédie

Voir menu Masquer menu

Héroïne

0 Commentaires

L'héroïne est un opiacé. Dans la rue on l'appelle aussi poudre, blanche, chnouf. C'est une poudre marron ou blanche au goût amer. L'héroïne sèche n'a pas d'odeur. En la chauffant, elle commence à avoir cette odeur caractéristique quand elle commence à devenir liquide. Cette odeur est peut-être la mieux définie comme étant animale. Pensez à l'odeur d'un zoo, en particulier la section des félins.

heroin powder and pills

L'héroïne est l'une des drogues les plus addictives qui existe. Le milieu du vingtième siècle a vu de nombreux addicts à l'héroïne. Heureusement ce nombre diminue constamment. Grâce à une bonne information l'addiction de nouveaux addicts ralentit.

Il est fortement déconseillé de consommer de l'héroïne, bien qu'il y ait de nombreuses choses intéressantes à dire dessus. Nous essaierons dans cet article de ne pas refléter uniquement les dangers de cette drogue, mais de parler également de l'histoire et de la valeur économique de cette substance.

L'histoire de l'héroïne

L'héroïne est fabriquée à base d'opium. L'opium est une sorte de hash qui contient plusieurs substances anesthésiantes. Ces substances sont appelées des opiacés. L'opium est obtenu à partir de la capsule rouge de la fleur.

En 1804 Friedrich Sertürner a isolé la substance morphine comme composant actif de l'opium. Cette substance isolée a prouvé qu'elle était un anti-douleur bien plus puissant que la mixture issue des opiacés de la fleur rouge. La morphine a tiré son nom du dieu grec Morpheus. C'était le dieu des rêves. La découverte de la morphine est considérée comme un extrêmement importante en médecine. Quand on se casse une jambe, quand on est en phase terminale de maladie, ou pour se remettre d'une opération, on est plutôt reconnaissant pour l'existence de la morphine./p> Bayer heroin bottle

La morphine n'était pas seulement utilisée comme anti-douleur, elle était au départ utilisée pour aider à se débarrasser d'une addiction. On a malheureusement prouvé qu'elle était plus addictive que l'opium. On à donc pensé à des alternatives moins addictives. En 1874, les gens pensaient avoir trouvé la solution avec la diacétylmorphine. Cette substance est un dérivé de la morphine. C'était même encore plus puissant que la morphine.

En 1898, Bayer a commercialisé cette nouvelle substance sous la marque heroin. #Ce nom est devenu tellement commun de nos jours qu'il est utilisé comme nom générique. Son nom est dérivé du dieu grec Heros en référence à la puissance de l'héroïne. Beaucoup d'addicts à la morphine sont passés à l'héroïne. L'histoire s'est répétée, car il est vite devenu évident que l'héroïne était plus addictive que la morphine. Malheureusement de nombreuses personnes s'en sont rendu compte après en être devenu addicts.

En conséquence au nombre élevé d'addicts aux drogues une conférence sur l'opium a été tenue en 1911 en urgence par les U.S.A. Ce fût la première tentative d'interdiction des opiacés comme substance récréative. Parce-qu'il y avait de nombreux intérêts économiques en jeu dans le commerce de l'opium, il a fallu trois conférences pour réussir à présenter un traité sur l'opium en 1912. Il a finalement été signé après la Première Guerre Mondiale. A partir de ce moment on ne pouvait alors plus utiliser les opiacés que dans un cadre scientifique ou a des fins médicales. La consommation récréative a été interdite. Et en 1924 l'utilisation de l'héroïne comme médicament a également été interdite aux U.S.A. Elle n'a pas été interdite aux Pays-Bas comme médicament, bien qu'elle soit rarement prescrite par les médecins.

Méthadone pour faire se débarrasser de l'héroïne

En 1941 la substance synthétique méthadone a été introduite. Tout comme l'héroïne c'était un antagoniste de la morphine. Cela veut dire que la substance imite l'action de la morphine. Elle se fixe au capteur de la morphine résultant en un effet narcotique. La méthadone contrairement à l'héroïne n'a pas d'effet intoxicant. On pensait à l'origine que la méthadone serait moins addictive, mais encore une fois l'histoire se répétait en prouvant être tout autant addictive sinon plus que l'héroïne.

Ceux à qui on a donné de la méthadone pour se débarrasser de leurs habitudes avec l'héroïne ont rapporté expérimenter une sensation de manque plus prononcée et plus longue. Cependant, les avantages de la méthadone est qu'elle peut être réduite par phases. Ce n'est pas possible avec l'héroïne. L'envie est forte en permanence. Quand un addict à l'héroïne change pour la méthadone, ses conditions physiques et sociales vont largement s'améliorer. C'est principalement dû à la disparition des effets intoxicants dont le résultat est l'attention au physique et au contact social deviennent à nouveau intéressants.

L'émergence des drogués à l'héroïne

Au début des années 70 l'utilisation de l'héroïne a explosé. La mafia chinoise a introduit de l'héroïne très bon marché. A cette époque elle était moins chère que le hash. Ce n'est pas étonnant que le nombre d'addicts à l'héroïne ait ainsi augmenté. En 10 ans on pouvait trouver dix milles addicts à l'héroïne dans la seule ville d'Amsterdam. Beaucoup de gens sont morts d'overdoses, de manque de soin ou d'infection au VIH.

En conséquence l'héroïne a eu une très mauvaise réputation, ce qui a fait qu'elle a attiré beaucoup moins de monde. Aussi grâce à l'information où on a fait beaucoup. Heureusement, le nombre d'addicts à l'héroïne a considérablement réduit. Ainsi on parle d'un vieillissement démographique des addicts à l'héroïne. La moyenne d'âge des addicts à l'héroïne est aujourd'hui de 47 ans. On propose rarement cette substance dans le milieu de la nuit. Le drogué à l'héroïne disparaît peu à peu et c'est quelque chose qui ne peut être que la bienvenue dans une société.

Portrait chimique de l'héroïne

heroin chemical formula

Le nom chimique de l'héroïne est 6-mono-acetyl-morphine. c'est un dérivé (substance dérivée) de la morphine. Injectée, elle fonctionne bien mieux que la morphine. C'est le résultat de six groupes acétyle supplémentaires. Cela assure à la substance de se transporter rapidement dans la barrière du flux sanguin. [2] Une fois arrivée dans le cerveau, les groupes acétyle se séparent, résultant en morphine. Pour cette raison on l'appelle aussi une pro-drogue de la morphine. [3] L'héroïne elle-même sur les capteurs opiacés et donne un effet stimulant. Cela active le récepteur et il est ainsi appelé un agoniste. En activant le récepteur des opiacés on ressent de l'euphorie. Comparée à la morphine l'héroïne libère davantage d'histamine, ce qui donne un high corporel plus intense.[4]

Comment commence l'addiction à l'héroïne ?

Quand les récepteurs des opiacés sont stimulés, d'autres récepteurs d'opiacés se désintègrent, c'est la base de l'addiction à l'héroïne. Les récepteurs deviennent hyperactifs avec l'utilisation de l'héroïne et leur nombre diminue pour préserver l'équilibre. Cet effet est appelé la régulation négative.[5]

C'est pour ça qu'il en faut davantage pour obtenir le même effet. Si on a développé une tolérance à l'héroïne on aura beaucoup moins de récepteurs opioid comparé à une personne non-addict. Le résultat est que certains processus chimiques ne fonctionneront pas suffisamment bien. C'est ce qui vous rend malade. Heureusement, en arrêtant le corps se mettra à fabriquer de nouveaux récepteurs. Il faut environ trois jours pour atteindre les anciens niveaux de récepteurs d'opiacés. Vous serez ainsi malade trois jours.

Effets de l'héroïne

Après ingestion on peut ressentir les effets suivants :

  • Diminution de la température corporelle
  • Ralentissement du rythme cardiaque
  • Ralentissement de la respiration
  • Réduction de la taille des pupilles
  • Réduction de la libido
  • Uriner et déféquer deviennent plus difficiles

On ressent également les effets mentaux qui suivent :

  • Euphorie très intense et sensation de chaleur dans le corps. Certains le décrivent comme une sensation dépassant de multiples orgasmes, que l'on ressent à travers tout le corps.
  • On devient calme. Les sentiments de peur, chagrin et colère disparaissent. En fait plus rien d'autre n'a d'importance. Seul la sensation de ce moment importe. Parler aux autres devient insignifiant.
  • On ressent un sentiment extrême de relaxation et de calme.
  • On entre dans un état de rêve.

Effets secondaires de l'héroïne

En utilisant l'héroïne on devient tellement nauséeux et on se sent si mal dans certains cas qu'on vomit. A cause de ça il est courant que les gens aient une très mauvaise première expérience et qu'ils ne veuillent ainsi plus l'utiliser. Dans ce contexte on pourrait dire que les nausées sont un effet positif.

Administration de l'héroïne

On peut fumer, sniffer, avaler ou injecter l'héroïne. Chez Azarius on préfère ne pas rentrer dans ces détails. La meilleure façon d'utiliser l'héroïne est de ne pas l'utiliser !

Comment l'addiction à l'héroïne se développe

On dit souvent qu'on devient immédiatement addict en utilisant l'héroïne une fois. Ce n'est pas vrai, mais c'est même encore plus dangereux. C'est une substance qui prend le dessus lentement. L'effet n'est pas si spécial si on le compare à l'ecstasy ou au LSD. Comme on ne le sens pas aussi lourdement sur le corps, on peut penser que ce n'est pas si mauvais.

De cette manière il est possible d'expérimenter l'héroïne une seule fois. On peut appeler ça la phase d'expérimentation. En raison du fait qu'on ne ressent pas d'énorme gueule de bois le lendemain, l'idée peut alors survenir d'essayer une fois de plus. Souvent, les novices se trompent et se disent que les autres font des choses pires et que l'héroïne s'est fait une mauvaise réputation à tort.

La consommation tout les trois mois devient mensuelle. Puis ça devient toutes les deux semaines. C'est en général le moment où l'entourage commence à s'inquiéter. Malheureusement, l'héroïne aplatît les émotions en donnant un sentiment d'indifférence. Quelqu'un en manque d'héroïne ne se soucie pas de son entourage et commence à en utiliser plus souvent. On en arrive ainsi au troisième stade qui est l'addiction. Certains en prennent plusieurs fois par jour. Sinon ils se sentent malades.

Comment l'héroïne continue à attirer

Bien sûr d'autres scenarii sont possibles. Comme mentionné plus haut, beaucoup ont eu une "première-mais-plus-jamais-d'autre" expérience. Il y a aussi d'autres personnes qui utilisent très consciencieusement l'héroïne quelques fois et arrêtent ensuite. Si leur expérience a été plaisante la substance aura davantage tendance à les appeler à re-consommer. Il peut se passer des mois avant de ne plus avoir envie de retourner dans cet état d'euphorie.

Dangers de la consommation de l'héroïne

L'héroïne est dangereuse pour différente raisons :

  • Elle est extrêmement addictive. Une fois addict on perd sont intérêt dans beaucoup de choses. Reprendre une nouvelle dose est la seule qui compte alors. Les problèmes sociaux qui surviennent par la suite sont bien plus importants que les soucis physiques.
  • L'héroïne par elle-même n'est pas aussi nocive pour le corps que, par exemple, le speed. Cependant si quelqu'un a été addict pendant longtemps, des problèmes de manque physique peuvent bien sûr apparaître. L'héroïne peut avaler une personne complètement, et ainsi lui faire perdre tout intérêt pour les soins personnels.
  • Si on en prend trop, on peut perdre connaissance. En vomissant, ce qui arrive souvent, on peut s’étouffer avec son propre vomi.
  • Le manque d'intérêt devient de plus en plus important une fois qu'on est devenu addict. Cela peut entraîner des conduites à risque. Pensez notamment à l’utilisation de seringues usagées, qui peuvent entraîner une infection au VIH
  • L'injection peut provoquer des infections. Comme l'héroïne est fortement anesthésiante on ne le remarque parfois pas, avec toutes les conséquences que cela peut avoir.
  • L'héroïne est accompagnée par une développement rapide de la tolérance. Un utilisateur novice par exemple a besoin de moins de substance qu'un utilisateur régulier. Quand un utilisateur expérimenté prépare un shoot pour un débutant il fait parfois des erreurs. On peut ainsi facilement faire une overdose. En conséquence la respiration s'arrête ce qui entraîne la mort du consommateur. On peut traiter une overdose en administrant la substance naltrexon. Il occupe les capteurs d'opiacés sans les stimuler. ILs remplacent en quelque sorte l'héroïne. [6]

En conclusion

Il semble évident qu'il vous mieux éviter d'expérimenter l'héroïne. Si vous deviez le faire quand même, essayez de réaliser que vous ne seriez pas la première personne à devenir dépendante sans vous en rendre compte. Il y a sans aucun doute d'autres substances moins dangereuses disponibles. En outre, les substance psychoactives avec lesquelles on peut apprendre des choses sont bien plus intéressantes bien sûr qu'une substance qui ne fait que vous anesthésier.

1. "DrugFacts-Heroin". National Institute on Drug Abuse. October 2014. Retrieved 19 October 2016.
2. Klous MG, Van den Brink W, Van Ree JM, Beijnen JH (2005). "Development of pharmaceutical heroin preparations for medical co-prescription to opioid dependent patients". Drug and Alcohol Dependence. 80 (3): 283
3. Sawynok J (January 1986). "The therapeutic use or heroin: a review or the pharmacological literature". Can. J. Physiol. Pharmacol. 64 (1): 1–6.
4. Histamine release by morphine and diamorphine in man. & Cutaneous Complications or Intravenous Drug Abuse Nature Neuroscience 11, 1053 - 1058 (2008)
Published online: 1 August 2008 | doi: 10.1038/nn.2165
5. Prefrontal cortex AMPA receptor plasticity is crucial for cue-induced relapse to heroin-seeking Michel C Van den Oever1, Natalia A Goriounova2, Ka Wan Li1, Roel C Van der Schors1, Rob Binnekade3, Anton N M Schoffelmeer3, Huibert D Mansvelder2, August B Smit1, Sabine Spijker1,4 & Taco J De Vries1,3,4
6. Haasen C, Verthein U, Degkwitz P, Berger J, Krausz M., Naber D (2007). "Heroin-assisted treatment for opioid dependence: Randomised controlled trial." The British Journal or Psychiatry. 191: 55–62



Commentaires

Pas encore de commentaires, soyez le premier.


Ajouter commentaire

Avez-vous au moins 18 ans ?

Vous devez confirmer que vous avez au moins 18 ans pour visiter notre site internet.